Il est plus facile de raconter nos aventures familiales que nos missions... certainement parce que  nous maîtrisons mieux le sujet !

Pas simple de raconter ce que l'on observe... or l'essentiel de mes journées consiste à observer. Certes, je prends appui sur mes observations pour questionner, ce qui m'aide à mieux comprendre, et permet  parfois à mes compañeros d'aborder leur quotidien de travail autrement (à l'occasion d'évaluations d'actions notamment).

Mais mon quotidien consiste essentiellement à être présente et attentive à ce qui se passe devant mes yeux. Le SERPAJ m'a proposé de mettre un objectif devant mes yeux... j'observe donc beaucoup avec mon appareil photo. Cela permet de donner de la visibilité au travail réalisé, aux relations tissées, aux jeux d'acteurs... l'image permet de valoriser les actions, les engagements, les personnes. La photo permet de garder une trace, et de témoigner. N'étant pas photographe professionnelle, c'est ce que je tente de faire humblement, en restant à la place qui est la mienne... et que je me construits petit à petit.

Avant de retirer le cache-objectif, je pose toujours la question : acceptez-vous que je prenne des photos? Ma question en amuse beaucoup; ici, pas une réunion ne se passe sans qu'une ou plusieurs personnes ne photographie avec son téléphone portable. C'est "normal", ici le "droit à l'image" n'existe pas et personne ne s'affole de retrouver ensuite les photos sur facebook. Mais j'y tiens. C'est ma manière de respecter les personnes présentes, ma manière de leur laisser la possibilité de dire non... Pour l'instant, aucune ne l'a fait. Mais quand certaines tournent la tête pour éviter l'objectif, il est arrivé plus d'une fois que l'on échange ensuite un sourire, après que j'ai baissé mon œil de verre.

assemblée du banado

Au cœur du bañado Norte (une partie du bidonville au bord du fleuve Paraguay qui ceinture la capitale), le SERPAJ soutient depuis plusieurs années les habitants. Il les aide à s'organiser pour lutter pour des conditions de vie dignes, pour le respect de leurs droits, contre les discriminations dont ils sont régulièrement victimes, pour qu'ils soient pleinement citoyens et acteurs  au sein de leurs quartiers et de la ville. Nombreuses sont les occasions d'appui pour le SERPAJ. L'une des premières actions qu'il m'a été donné d'observer a été une assemblée de voisins. Cette assemblée avait pour but de permettre à l'ancienne représentante du quartier, démocratiquement élue, de présenter son bilan, et devait déboucher sur de nouvelles élections.

Au sein du bañado, comme dans les autres quartiers d'Asunción, un comité de quartier est élu tous les deux ans. Il représente les intérêts des habitants du quartier, est l'interlocuteur de la municipalité pour les projets susceptibles de concerner la zone, et est plus ou moins chargé d'impulser une dynamique au sein de la communauté locale.

Au sein du bañado, l'enjeux est important :  dans une communauté où précarité et pauvreté  sont le lot quotidien, la solidarité et la transmission d'informations revêtent des aspects importants. Il est fondamental de ne pas se laisser manipuler ou acheter par le pouvoir politique à l'heure où le projet de la Costanera II fait peser sur la population la menace d'une expulsion au profit de sociétés immobilières(périphérique + zone touristique et de luxe qui devraient remplacer la ceinture de pauvreté autour de la capitale).

Précisons que le 15 novembre prochain auront lieux les élections municipales... déjà s'organise la fraude électorale à grand coups de clientélismes (si tu votes pour moi, je te donnes de l'argent, de l'eau potable - avec ma photo sur l'étiquette de la bouteille! - , je te promets un logement, tu pourras être soigné à l'hôpital... ), ou de trafic de voix. Certains candidats achètent des "lots de voix" à des intermédiaires qui récupèrent les papiers nécessaires pour voter à la place des citoyens contre une somme modique remise auxdits citoyens... et une somme nettement moins modique empochée par les intermédiaires!

DSCF3459

 

En septembre, s'est tenue l'assemblée vicinale d'un quartier du bañado. La présidente du comité vicinal sortante, appuyée par la municipalité, avait organisée l'assemblée dans son jardin. Elle avait préparé des chaises, des boissons et de quoi régaler tout le monde. Pour la première fois dans ce quartier, deux listes s'étaient constituées... lorsque nous sommes arrivés, à l'issue d'une bonne vingtaine de minutes de taxi sur un chemin de terre et d'ornières en tous genres, la tension était palpable. Certains habitants refusaient de pénétrer dans le jardin et exigeaient que l'assemblée se tienne dans un lieu neutre. Les représentants de la municipalité ont tout d'abord tenté de dire que le lieu n'avait que peu d'importance, et qu'ils n'avaient pas toute la nuit devant eux... peine perdue, les habitants ont finalement obtenu que l'assemblée se tienne près du terrain de foot, entre les maisons, sous l'œil vaguement intéressé des enfants qui jouaient au ballon, du vendeur ambulant de glaces et d'un veau qui s'était approché pour brouter.

DSCF3480

Une fois les tables électorales et les bancs réinstallés dans ce lieu neutre (sans les boissons ni les en-cas!), le représentant de la municipalité, garant du respect de la procédure électorale, a demandé que soient désignés 3 habitants du quartier pour tenir le bureau de vote. Dans l'assemblée, une liste d'émargement circulait, permettant à tous les présents de mentionner leur nom et de signer.

présentation du bilan

Puis la présidente a présenté son bilan. Qui a pu bénéficier de la caisse de solidarité, pour quelle raison (problèmes de santé) et quel montant? A quelles actions le comité vicinal a-t-il pris part?... Le principal reproche qui lui a été fait : travailler très étroitement avec la municipalité, mais sans aucune concertation avec les habitants!

DSCF3495

Liste 1

Liste 2

Une fois le bilan exposé, les deux listes ont été présentées. Le fonctionnaire municipal a ensuite expliqué les modalités du vote: chaque personne devrait remplir trois papiers un pour désigner le président, un pour le trésorier, un pour le secrétaire, mais il a rappelé qu'il s'agissait d'un scrutin de liste... trop compliqué! Les habitants ont demandé à simplifier les modalités : puisque c'est un scrutin de liste, un seul vote suffit à désigner la liste voulue puisque au sein de chacune d'elles les candidats aux différentes fonctions sont connus de tous. La crainte exprimée était que le caractère trop complexe de l'élection décourage ceux qui ont des difficultés à écrire, et crée une confusion pour de nombreux autres...

Finalement, les représentants de la municipalité ont accepté qu'un seul bulletin soit rempli pour désigner la liste voulue. Dès lors, les personnes ayant émargé ont été appelées une à une. Chacune s'est vue remettre un bulletin vierge, sur lequel elle a dû inscrire "liste 1" ou "liste 2" (une petite table derrière le bureau de vote était prévue à cet effet pour permettre aux votants de s'isoler... faute d'isoloir!). Puis, elle a mis son bulletin, replié, dans le sac transparent prévu à cet effet, devant l'assemblée témoin.

DSCF3501

DSCF3505

DSCF3509

Sur 79 votants, 6 ne savaient pas écrire.  Chacun d'eux a été accompagné à la table isolée, par un représentant de la municipalité. Quand on sait que cette dernière soutenait ostensiblement l'une des deux listes, on peut légitimement s'interroger sur le caractère impartial de l'aide apportée. Pour autant, il m'a semblé intéressant qu'une aide soit proposée aux personnes qui n'avaient pas la capacité d'écrire, leur permettant de participer à l'élection. Le dépouillement s'est fait sur le champ, par les 3 personnes initialement désignés par les bañadenses (habitants du bañado) pour tenir le bureau de vote, sous l'œil attentif des fonctionnaires, comme des habitants... et  des représentants du SERPAJ et du Cobañados (je vous expliquerai plus tard) venus en renfort en qualité d'observateurs extérieurs... et de médiateurs si besoin.

DSCF3485

DSCF3516

DSCF3512

Observateurs du SERPAJ et cobanados

Une bonne heure après le début du vote, le résultat était proclamé : la liste d'opposition était élue par 35 voix contre 33 ( et 1 vote blanc)!

Une fois le résultat proclamé, la liste élue a été invitée à présenter son programme.

DSCF3527

DSCF3534

DSCF3547

Quand j'ai interrogé cet aspect auprès de mes compañeros ils ont paru surpris : "- c'était inutile d'expliquer les programmes des candidats avant l'élection puisque chacun avait fait le tour des maisons du quartier! m'ont-ils dit.

-  Mais qui vous dit que le discours n'a pas varié d'une maison à l'autre?

- Tu as raison, nous retravaillerons cela avec les habitants et leur proposerons de faire un discours de présentation de  leur programme  avant l'élection la prochaine fois. Ainsi nous serons sûrs que tous auront entendu la même chose!".

Quand nous sommes repartis les gens parlaient fort et s'exprimaient vivement... toute cette tension palpable depuis près de 3 heures, explosait enfin à travers un feu d'artifice de mots. Mais les représentants du SERPAJ et de Cobañados sont repartis légers et le sourire aux lèvres : l'élection s'est passée sans violence et la liste qui a gagné est constituée de personnes ayant la volonté de travailler en équipe et en lien avec les autres communautés du bañado; une victoire pour la démocratie de proximité et de belles perspectives pour les combats à mener dans un avenir très proche!

 Myriam

 

DSCF3522

DSCF3523

NB : Merci à tous ceux qui nous encouragent et nous soutiennent. Un commentaire sur le blog, un mail... tous vos messages nous sont précieux, même si nous ne prenons pas toujours le temps d'y répondre individuellement.

 Et un très bon anniversaire à Claire et Clément ! 30 ans, c'est le bel âge (40 aussi... ;-) ) !